Shisei asa

 

La freeway du matin est épaisse comme une confiture. Malgré l’affluence, Ayame surfe sur le bitume avec la tranquille assurance d’une voiture de flic, couchée sur son fauve à robe sombre. Le souffle de l’air soulève son manteau, tend dans ses six heures deux ailes de nanotextile triple tissage, fluide comme une soie indienne. Elle croit sentir un courant ascendant capable de l’envoyer planer vers l’orbite, feuille de papier sur une bouche d’aération.
Mais les deux cents chevaux survitaminés la scotchent à la route et la tirent sur une courbe parfaite qui caresse la glissière de sécurité. Autour d’elle, les voies se superposent et se maillent à quinze mètres au-dessus du sol, matérialisant, avec leurs destinations familières, des choix de vie pour des millions de types anodins. Personne n’y échappe, pas même les frimeurs dans leurs petits appareils à décollage vertical.

Tokyo Monogatari

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s