Hime no mezame

tumblr_m9qqagI3HP1r8abcbo1_500

Ayame se tenait au bout d’une prairie, quelque part dans une vallée. Alentour, les monts d’été de Kii (comment le savait-elle au juste ?), dressés dans leur lumière blanche, fermaient l’horizon.

La forêt partout égale recouvrait le paysage. Elle était épaisse et étouffait le regard tout en l’attirant. Un doux désir d’errance attendait à sa lisière. Le vent la fouaillait comme avant l’orage.

Parmi les cimes des arbres on devinait la corniche ornée d’un temple shinto à l’abandon. Elle saillait comme la proue d’une épave à travers l’écume vert sombre des eucalyptus et des cèdres odorants…

// C’est bon, reste calme, t’as failli me péter le nez, petite soeur. Je ne sais pas ce qui t’arrive mais reste allongée. Voilà. Non, non, arrache-toi ! //

Dans la prairie serpentait un chemin.

Oblongs, des pas de pierre grêlés par les pluies des siècles le couvraient comme des écailles.

Et sur le chemin, avec des airs égarés comme en ont les enfants qui découvrent un lieu trop grand et trop étrange, des gens allaient en file, tout du long.

Ayame voyait leurs pieds nues au bout de leurs jambes blanches, que l’on apercevait sous l’étoffe légère des yukatas.

Ayame les suivit. Mort Soyeuse était passé à sa ceinture, et elle portait un hakama vert sombre à motif de libellules d’or ainsi qu’un kimono noir aux manches relevées, comme dans l’attente d’un duel. Elle allait pieds nus elle aussi, et sentait la chaleur de la pierre à chaque pas.

// Non, c’est pas un hack basilic, c’est autre chose, je sais pas. Essaye de garder les yeux ouverts, Ayame, je vais scanner ta rétine. Peut-être des nanos en spray ou alors… //

La nuit vint entre deux battements de cœur, sans qu’Ayame eut éprouvé le passage du temps. Elle se retrouva soudain agenouillée sous la véranda d’un pavillon. La lune ronde reposait sur ses épaules. Dans le jardin derrière, des dizaines de corps endormis que les rayons argentaient. Un fil lunaire comme une chaîne fine attachait chacun d’eux à l’astre.

 // Putain, elle convulse. Je te colle un patch, Aya-Chan, lâche pas l’affaire. Ça va secouer un peu. //

Les shojis ouverts en grand lui montrèrent une pièce de dix tatamis où une femme écrivait à la lueur d’une unique lampe. Son corps disparaissait dans l’épaisseur de robes superposées et, sur ce champ de soie semé de fleurs écloses, coulait une longue chevelure. Un ruban fermé d’un noeud, d’un rouge tan intense, y faisait un contrepoint éclatant.

La main qui traçait les kanjis s’immobilisa. La dame regarda Ayame et lui sourit. Elle avait un visage d’estampe, une beauté en rondeurs.

Ayame s’inclina légèrement, et lorsqu’elle releva la tête, elle vit qu’en retrait de la dame se tenait une gamine de seize ou dix-sept ans, une zonarde rasée sur les côtés et méchée à la punk. Elle tenait un pinceau à la main, au-dessus d’un cahier à spirales.

— Salut, fit-elle à l’attention d’Ayame. Moi c’est Kaede, et la dame, tu vois, elle s’appelle Dame Shikibu, comme la poétesse dans le Dit du Genji… en fait, je crois que c’est vraiment elle. Parce que je rêve d’elle depuis des années, tu vois.

— …

Le sourire de Dame Shikibu s’élargit. Elle rit un peu derrière sa large manche.

— Rônin, dit-elle en hochant la tête avec un air affable. J’ai besoin de tes services.

— De mes services… On est où là ?

— Ouais, tu nous files un coup de main, insista Kaede sans répondre à sa question. Je crois que c’est grave la merde. Y a un truc là-dehors qui chassent les gens de leurs corps. T’es un putain de coureurs des ombres oui ou merde ?

// Ah ça y est, te revoilà. Allez, c’est terminé, reste avec moi, je te porte jusqu’à la caisse. Qu’est-ce que tu racontes ? Kaede, c’est qui ? Dame Shikibu ? Putain, attends, t’es sérieuse ? Mais je la connais cette gamine ! //

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s