Seul, en des cités sans limites

  Seul, en des cités sans limites, il erre. Il se dit qu’être de retour a quelque chose d’agréable. Tout cela lui a manqué, un peu : la matière, la “première réalité” et ses textures. Il y a l’odeur des véhicules qui copulent plaque contre plaque au fond des rues, et leurs exhalaisons pénibles à…